Logo le Kilomètre d'Après pour fond foncé

Votre Politique Flotte Automobile est-elle adaptée aux nouveaux usages et alignée avec vos engagements RSE ?

L’arrivée en force de l’Electromobilité, l’essor des mobilités douces, la prise de conscience environnementale et la généralisation du télétravail imposent de nouveaux usages qui transforment le « véhicule de fonction » en « véhicule à usage ».
Dans le même temps, la crise sanitaire, économique et l’urgence climatique exacerbe la responsabilité sociétale des entreprises. Plus que jamais la Flotte Automobile doit refléter les efforts engagés en matière de sobriété.
Pour les Dirigeants, c’est une opportunité de prouver l’exemplarité à travers des Politiques Flottes alignées avec leurs engagements RSE.

Quel est le profil de votre Flotte Automobile ?

Vos TCO (Total Cost Ownership) « Véhicule », « Conducteur » et « Flotte » sont ils identifiés et maîtrisés ?
Nous cartographions votre profil de flotte pour vous permettre de vous situer par rapport aux standards de flotte sur le marché. Un outil indispensable pour comprendre dans quelle direction et avec quels moyens vous faites évoluer votre flotte automobile.
Le pilotage du budget flotte et l’optimisation des coûts directs et indirects repose sur la maîtrise de nombreux métiers et un nombre élevé de paramètres complexes qui interagissent entre eux. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’optimiser efficacement une flotte automobile sur un tableur Excel… Une approche globale par budget TCO est obligatoire ainsi que le recours à des logiciels SaaS

Des tendances et des constats qui imposent de repenser l’usage du véhicule de fonction

L’usage des transports en commun et celui des modes partagés se développent face à la congestion automobile grandissante en zone urbaine. Pour lutter contre la pollution urbaine, l’apparition d’outils réglementaires tels que les Zones à Faibles Emission (ZFE) ou Zone à Traffic Limité (ZTL) pèsent sur l’usage d’un véhicule en ville et incite au changement.
L’explosion des modes de transports et l’inadéquation des infrastructures pour les accueillir créent une tension permanente entre les utilisateurs des différents modes. Autant de facteurs qui invitent à reconsidérer l’usage du sacro-saint véhicule de fonction.

Evolution des usages
vers une Mobilités douces

Atomisation des lieux de travail, émergence de la Gig économie. Autant de tendances qui incitent à repenser la place du véhicule dans votre politique de mobilité. Les nouveaux usages appelés Mobilités douces peuvent contribuer à réduire fortement l’impact environnemental. Une opportunité inédite de réduire la taille de votre flotte.

La contrainte
environnementale

Les consommateurs sanctionnent les entreprises qui négligent leur contribution à la réduction globale des GES. Votre Flotte Automobile (Scope 3 du bilan Carbone) devient un précieux miroir de vos engagements RSE auprès de vos collaborateurs, vos clients et vos fournisseurs.

Couts de la flotte en hausse
et imprévisibles

Internalisé ou externalisé, le coût de la gestion des flottes augmente inexorablement. Ce phénomène récurrent est difficile à maîtriser en raison de la pression fiscale et de la complexification de l’éco système automobile. Sans action sur les bons leviers, le coût de votre flotte dérive rapidement.

L’électromobilite poussée
par le législateur

Le législateur prescripteur actif de l’Electromobilité (Loi d’Orientation sur les Mobilités/Loi CAFE). Cela implique le recours à des experts pour sélectionner les véhicules et des outils les plus en adéquation avec l’usage et les infrastructures. Concrètement, le passage à l’Electromobilité désormais incontournable, peut s’avérer complexe et coûteux sans accompagnement.

Responsabiliser
les collaborateurs

15 à 20 % du coût global de la flotte est généré par le comportement du conducteur. On comprend mieux ainsi, pourquoi toutes les actions qui contribuent à la sensibilisation des conducteurs (Supports de communication internes, Livraison du véhicule en concession ou par un professionnel, éco conduite, télématique, etc..) concourent à une meilleure maîtrise des coûts. 
Face à l’augmentation récurrente des coûts de la flotte, il est impératif de renforcer contractuellement la responsabilisation du conducteur et renforcer le pilier Formation.

Repenser l’usage du véhicule de fonction signifie

• Inviter le conducteur à réfléchir à ses usages,
• Attribuer le véhicule de fonction selon le déclaratif d’usage (pro vs perso)
• Responsabiliser les conducteurs
• Sensibiliser à l’impact environnemental pour l’entreprise
• Induire le changement d’habitudes à travers des alternatives au véhicule

Un environnement fiscal et technologique complexe et incertain difficile à appréhender et à anticiper

L’essor de l’Electromobilité disrupte le marché automobile avec l’apparition de technologies et infrastructures coûteuses qui impactent les TCO de la flotte.
Le parlement Européen pousse les constructeurs à lancer des véhicules de niche fiscale toujours plus lourds dont la technologie mal utilisée est parfois contre productive pour l’environnement (Hybride Plug-In)
Le véhicule électrique impose de repenser les usages ce qui, à court terme, complexifie la gestion de flotte.

Sources : Conférence LOM & Covoiturage Karos 26-11-2019 / Recensement Insee 2015-2020

Attribuez le véhicule selon les usages et réduisez le « poids » de votre flotte automobile

Engagez votre entreprise vers le bon mix énergétique et repensez les usages grâce aux mobilités actives et à l’Electromobilité

En matière de réduction d’émission de gaz à effet de serre, les constructeurs automobiles n’ont assurément pas les mêmes objectifs que vos entreprises.

Inexorablement la taille et le poids des véhicules augmentent ce qui constitue un contre sens environnemental* et génère des répercutions financières potentiellement contre productives pour votre flotte :

Augmentation des sinistres avec tiers non identifiés, surconsommation générée par la masse, augmentation des frais de remise en état ou de dépréciation, risque de conduite nonchalante, voire sentiment d’invulnérabilité, facteur d’accidentologie.

L’alourdissement généralisé des véhicules entraine une dégradation du Total Cost of Using (TCU)

Le lobby des constructeurs automobiles a déjà réussi à assouplir les objectifs d’émissions de CO2 pour favoriser les véhicules lourds (dont les marges sont supérieures) au détriment des véhicules légers qui malheureusement disparaissent du marché… alors que l’urbanisation des villes s’accroit** et que le bon sens appelle à la généralisation de véhicules moins encombrants et plus légers !

En effet, la réglementation européenne actuelle est plus stricte pour un véhicule léger que pour un véhicule lourd. Concrètement, le système octroie une « prime à la masse » ***L’objectif de réduction des émissions de CO2 est insidieusement indexé sur le poids des voitures…

Ce mécanisme pernicieux engendre une forte décorrélation entre la taxation et les lois de la physique qui imposeraient l’allègement des véhicules afin de limiter la consommation de ressources naturelles.
                               Sources : * L’ADEME considère que depuis 10 ans en France, les gains réalisés en matière de réduction des émissions de CO² ont été annulés par la croissance de la part de marché des SUV. / ** En 2050, 66% de la population mondiale vivra en zone urbaine. /*** 10.12.2020 newsletter Décryptage Mobilité du site Carbone 4 

"Réduisez le « poids » financier de votre flotte en déployant le Crédit Mobilité ou le Crédit Loisirs."

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram